LE 09.07.2018

Pourquoi encourager l’apprentissage de l’allemand?

En ces périodes difficiles que traverse l’Europe, il est important de consolider les liens entre les pays partenaires et cela passe par la maîtrise des langues.

Vivant à Berlin depuis 18 ans et étant coach d’orientation scolaire pour adolescents ou pour jeunes adultes, je suis très sensible à ce sujet qui fait partie de mon quotidien.

Je regrette donc de constater qu’on assiste en France comme en Allemagne à une érosion de l’enseignement de la langue du partenaire.

Alors qu’en moyenne dans l’Union Européenne (source Eurostat), 34% des élèves apprennent le français en langue vivante 2, ils ne sont que 25% en Allemagne.

Le constat est encore plus décevant en France où uniquement 15 % des élèves apprennent l’allemand en langue vivante 1 et 2  quand la moyenne  dans l’Union Européenne est de 23% (source Eduscol).

Pôle Emploi indique aussi que 180 000 emplois qui nécessitent la connaissance de l’allemand ne sont pas pourvus en France et que 400 000 emplois en Allemagne sont en lien direct avec notre pays.

Une étude du cabinet Mc Kinsey de 2016 démontre également que 40 % des entreprises allemandes ont du mal à trouver des candidats qualifiés.

Ces chiffres nous indiquent donc combien un professionnel parlant bien allemand peut être précieux pour les entreprises allemandes mais aussi pour les entreprises françaises travaillant avec les marchés germanophones (Allemagne-Suisse-Autriche).

Proposez alors à vos enfants d’apprendre cette langue et diriger les ensuite, dans la mesure du possible, au lycée, vers les sections Abibac (présentent dans 87 établissements sur le territoire) afin d’obtenir le baccalauréat français et son équivalent allemand, l’Abitur.

Ils pourront alors faire tout ou partie de leurs études, sans avoir à prouver leur niveau en langue, dans le pays de leur choix et se verront offrir ensuite un bel avenir professionnel qui leur permettra de participer à un meilleur développement de la cohésion européenne.

En cas de besoin, mon expérience de coach en orientation scolaire et mon expertise des formations en Allemagne, des doubles diplômes et des passerelles entre les deux pays me permettront d’accompagner votre enfant dans la construction de son projet professionnel.

Faîtes confiance à votre ado ! Permettez-lui de s’épanouir à l’international ! Pensez-y dès le collège !
 

LE 29.05.2018

Un coaching en orientation scolaire, qu’est-ce que c’est vraiment et à quoi sert-il ?

Mais finalement, qu’est-ce qu’un coach en orientation scolaire ?

C’est avant tout un professionnel de l’adolescence formé au coaching.

Il a deux compétences majeures : Il est apte à coacher des adolescents mais il a aussi une solide connaissance de l’ensemble des formations offertes en France et parfois également à l’étranger.

Pour cela, il a suivi une formation en coaching professionnel et personnel sanctionnée par une certification, titre professionnel reconnu par l’Etat français au RNCP niveau I (équivalent Bac+5) et par l’Europe au Niveau 7 (équivalent Master).

Une fois obtenu ce diplôme, qui lui permet alors de coacher des adultes, il va suivre une spécialisation en coaching scolaire pour pouvoir accompagner cette population très spécifique que sont les adolescents et les jeunes adultes.

Son  expertise dans les filières de formations va ensuite lui permettre d’associer ses deux compétences afin d’accompagner les jeunes qui sont en recherche d’orientation scolaire.

Quand faire appel à un coach en orientation scolaire?

 

Quand la question de l’orientation devient difficile à gérer seul ou en famille.

Le plus souvent cela se présente lors des moments clés de la scolarité, en  fin de collège ou en fin de lycée mais aussi lors d’un besoin de réorientation pendant les études supérieures ou lors d’un décrochage scolaire.

Comment se déroule un coaching en orientation scolaire ?

C’est en tête à tête avec le coach, en cabinet ou par Skype, lors de questionnements personnalisés et de tests que le jeune prend conscience de ses besoins, de ses valeurs, de ses intérêts, de ses aptitudes, de ses limites, de ses talents mais aussi de ses compétences.

Cet état des lieux et donc, cette bonne connaissance de soi, est fondamental pour aboutir à une orientation réussie. A l'aide des outils spécifiques que possède le coach, il sera ensuite possible de se projeter dans l’avenir et de trouver le métier ou le domaine professionnel où s’épanouir.

Reste ensuite à chercher les formations qui permettent ainsi d’accéder à ces métiers et à définir la stratégie la plus adaptée pour finaliser le projet d’orientation.

Le coach accompagnera le jeune dans chacune de ces étapes pour que chaque potentiel soit mis en valeur et lui donner ainsi le maximum de chances pour la réussite de son projet.

 

Quels bénéfices attendre d’un coaching en orientation scolaire ?

En devenant acteur de son orientation, le jeune a gagné en confiance en lui, il se connait mieux, en motivation, il sait  pourquoi il travaille et en sérénité car il est soulagé d’avoir fait, dans de bonnes conditions, les premiers grands choix de sa vie.

L’environnement, les parents, la famille, les professeurs sont alors rassurés de voir le jeune dans une dynamique positive qui ne lui connaissait pas auparavant.

Le conseil du coach :

Un seul mot : ANTICIPATION !

Mettre sur pied un projet d’orientation nécessite du temps, il y plusieurs rendez-vous à échelonner sur plusieurs semaines et entre ces séances il y a des travaux de recherche à effectuer que cela soit sur le plan personnel ou sur le plan de la découverte des métiers ou des formations.

Un exemple, l'orientation post-bac : Idéalement il faut commencer à y réfléchir dès la classe de Première ou pendant l’été avant la classe de Terminale pour que le projet soit finalisé pour la rentrée de Terminale. Il ne restera ainsi plus qu’à constituer les dossiers pour les formations sélectionnées et à se concentrer sereinement sur l’obtention du Bac.

Pour ceux qui souhaitent partir à l’étranger, il faut bien étudier les calendriers des inscriptions, certaines formations les ferment très tôt dans l’année, parfois même avant Noël, voire même en octobre comme pour les universités d’Oxford et de Cambridge.

Alors, pour ne pas vous fermer de porte, n’attendez pas d’être en Terminale pour vous poser les bonnes questions !

LE 05.11.2017
Quel timing pour une orientation post-bac réussie?

Les vacances d’automne se terminent, les premières pistes de la réforme d’APB (Admission Post Bac) nous parviennent par le biais de médias, les salons étudiants fleurissent, tout cela rappelle aux élèves de Terminale qu’ils vont bientôt devoir formuler leurs vœux pour leurs études après le Bac.

La tâche est complexe. Faire des choix dans la jungle des formations proposées représente une source de stress élevée pour bon nombre de lycéens souvent confrontés aussi à l’angoisse de leurs parents.

Au mois de novembre, en classe de Terminale, il n'est pas trop tard mais il n’y a plus de temps à perdre.

A faire d’ici décembre 

- Consulter un professionnel de l’orientation scolaire, au sein de l’établissement, dans un CIO (Centre d’Information et d’Orientation), sur le site monorientationenligne.fr ou dans un cabinet de coaching privé.

- Prendre l’avis des professeurs principaux.

- Rencontrer des professionnels pour les interroger sur leurs métiers.

- Aller sur les salons à la découverte des formations sélectionnées.

Début décembre:

Formuler des souhaits d’orientation pour le conseil de classe du premier trimestre qui émettra alors son avis.

Début janvier :

Ouverture de la nouvelle plateforme APB et saisie des vœux (maximum 10 au lieu de 24 précédemment !)

En mars:
Lors du conseil de classe du deuxième trimestre, le chef d’établissement rendra son avis sur chacun des vœux qui sont ensuite transmis aux différentes formations demandées.

Fin de la saisie des vœux sur la plateforme.

En mai :
Réponse des établissements demandés (une procédure complémentaire pourra être déclenchée dès les résultats du Bac pour trouver une affectation à ceux qui n'auront obtenu aucun de leurs vœux).

Ce nouveau calendrier en classe de terminale vaut pour ceux qui veulent faire leurs études en France mais le timing est souvent différent quand ils souhaitent partir étudier à l’étranger.

A titre d’exemple, en Angleterre, Oxford et Cambridge ferment leur recrutement dès le 15 octobre alors que les autres universités britanniques le font dès le 15 janvier tout comme certaines formations au Canada.

Ceci démontre que faire un choix d’orientation, pour partir étudier à l’étranger ou non, est un réel processus où le timing joue un rôle crucial. Pour prendre des décisions dans la sérénité, idéalement, il faudrait pouvoir l'initier dès la classe de première.
Il est alors possible de prendre le temps d'aller aux portes ouvertes, de passer des tests de langues exigés dans de nombreuses formations...de faire des choix dans les meilleures conditions. 

 En Terminale, le futur bachelier, fixé sur ses choix, sera alors plus serein et pourra se consacrer pleinement à la préparation de son Bac et aux démarches à accomplir pour les différentes formations auxquelles il postule.

Pour les lycéens actuellement en terminale, le compte à rebours a commencé, le choix de leur orientation post-bac doit maintenant figurer en haut de leurs priorités.

Contact

En Allemagne,

Eisenzahnstrasse 4, 10709 Berlin

Tel: +49 (0)173 59 96 119

 

En France,

133 rue de Javel, 75015 Paris​

Tel: +33 (0)6 35 28 28 95

ca.chabin@gmail.com

  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Twitter Social Icon

© 2018 Chabin Coaching - Tous droits réservés